Après Megaupload, Mega : c’est quoi ce site ?

capture d'écran du nouveau site de Kim Dotcom, baptisé "Mega".
capture d'écran du nouveau site de Kim Dotcom, baptisé "Mega".
Un an jour pour jour après la fermeture du site de téléchargement illégal Megaupload, son fondateur, Kim Dotcom, lance son successeur: "Mega". Quelles différences entre les deux sites ?

Rappelons nous.  Le 19 janvier 2012, le site de téléchargement Megaupload, visité par 50 millions d'internautes par jour aux quatre coins de la planète, était fermé par la justice américaine pour violation de droits d’auteurs.

Son fondateur, Kim Schmitz, plus connu sous le pseudonyme Kim Dotcom (en anglais, "Kim.com"), avait été arrêté le même jour en Nouvelle-Zélande. Depuis, il a été libéré sous caution mais fait toujours l’objet d’une demande d’extradition des États-Unis, pour piraterie informatique et blanchiment d’argent.

Faute de l’avoir calmé, la justice américaine semble plutôt avoir attisé son désir de revanche ! Un an après, jour pour jour, il lance le successeur de Megaupload, baptisé sobrement Mega. Un tout autre site, conçu pour déjouer les autorités américaines.

1. Retour sur Megaupload : un site de téléchargement illégal

Megaupload était une plateforme de stockage de fichiers en ligne, basée sur le direct download.

Chacun pouvait y déposer un fichier, qui pouvait ensuite être téléchargé gratuitement, ou consulté en ligne directement, via des données transmises en flux continu (streaming). Le site disposait de puissants serveurs sur lesquels étaient stockés les fichiers, et où chacun venait se servir.

C'était l'inverse du système de pair à pair (peer-to-peer), où chaque utilisateur partage avec les autres son disque dur et ses fichiers.

Mais Megaupload, en tant qu’hébergeur de contenus, était responsable des fichiers illégaux stockés sur sa base de données. Kim Dotcom aurait dû les supprimer. C’est pour cette raison qu’il a été arrêté le 19 janvier 2012.

2. Le nouveau site Mega :  stocker des données…

Mega est aussi une plateforme de stockage de fichiers sur Internet. Mais à la différence de Megaupload, il ne permet pas de visionner des contenus en streaming.

Kim Dotcom compare Mega aux sites de stockage de fichiers distants sur internet (cloud) comme Dropbox ou Google Drive. Mais il se différencie de ses principaux concurrents par son espace de stockage bien plus important, proposé gratuitement : 50 Go, soit nettement plus que les 2 Go de Dropbox, les 5 Go de Google Drive ou encore les 7 Go du service Skydrive de Microsoft.

En revanche, pour s’offrir davantage d’espace, il faut payer: 500 Go pour 9,99 euros par mois, 2 TB pour 19,99 euros et 4 TB pour 29,99 euros. Des tarifs qui, là aussi, sont beaucoup plus avantageux que les offres payantes des concurrents. (2 TB coûtent 100$ chez Google Drive, par exemple).

3. … de façon sécurisée...

Interrogé par le NouvelObs, Kim Dotcom présente Mega comme "un service d'hébergement de fichiers qui protège votre vie privée. Ce stockage en ligne, dans le cloud, est sécurisé par un encodage ultra-performant. (…) Grâce à cette cryptographie, vos fichiers sont protégés contre toutes les intrusions".

Attention note Telerama, l'encodage n'est en rien synonyme d'anonymat.  Et peu d’utilisateurs de Mega sauront sécuriser leur connexion.

4. … tout en dédouanant Mega de sa responsabilité d’hébergeur...

Les contenus téléchargés sont en effet encryptés avant d'arriver sur les serveurs de Mega. Une clé privée de déchiffrement est détenue par l’utilisateur.

D'habitude, ce sont les fournisseurs de stockage qui gardent la clef de déchiffrement. Ce qui signifie qu'en théorie, Mega ne peut pas voir ce que vous stockez dans votre espace personnel, puisqu'il n'a pas la clé. Ainsi, il ne peut pas être accusé d'être responsable des fichiers illégaux.  Il ne peut pas non plus délivrer les contenus sur réquisition judiciaire.

Kim Dotcom, pour se dédouaner, a même précisé, dans les conditions générales d’utilisations de Mega, que la responsabilité légale des fichiers piratés revenait aux internautes qui les mettent en ligne :

"Si vous autorisez d’autres personnes à accéder à vos fichiers [...] vous êtes responsables de leurs actions sur le site et vous acceptez de nous indemniser s’ils enfreignent nos conditions d’utilisation."

Enfin, un des avocats du site a pour sa part expliqué qu'"il y a un procédé de retrait des fichiers très robuste sur Mega. Il y a un formulaire automatisé, ainsi qu'une procédure par email". Ce procédé permet aux ayants droit de contacter le site et demander le retrait express d'un fichier qui violerait le droit d'auteur.

5. … en cas de fichiers piratés

Mega ne dispose d'aucun répertoire public des fichiers stockés sur ses serveurs, ni de moteur de recherche. Mais il est possible de générer un lien correspondant à un fichier, ou de créer un répertoire partagé avec d'autres inscrits à Mega dont on entre l'adresse email. Ce répertoire partagé permet d'échanger avec d'autres internautes les contenus stockés sur Mega.

Chaque lien est associé à une clé publique de déchiffrement, qui débloque l'accès au fichier. Or, remarque l’Expansion, il existe déjà des sites répertoriant des liens vers des fichiers sur Mega, avec leurs clés. En théorie, il est donc possible d'utiliser le site pour partager des œuvres protégées par des droits d’auteurs.

En tous cas, pour l'instant, Kim Dotcom peut se vanter d'avoir déjà déjà dépassé le million d'inscrits sur Mega. Mais cette affluence aurait, du coup, créé des dysfonctionnements sur le site à peine lancé : "La publicité mondiale dont a bénéficié le lancement de Mega est tout simplement trop importante à gérer pour notre start-up. Je m'excuse pour la faible qualité de nos services", a déclaré Kim Dotcom, ce mardi, sur son compte Twitter.

  • À lire sur le même sujet :

C'était quoi Megaupload ?

Partager cet article

Comment a été fabriqué cet article ?

Ils ont contribué à la rédaction de la réponse

Les ressources

Ils ont amélioré la réponse