Mali : pourquoi les rebelles touaregs veulent-ils l’indépendance du nord ?

Un Touareg à Tombouctou, dans le nord du Mali © REUTERS
Un Touareg à Tombouctou, dans le nord du Mali © REUTERS
Les rebelles touaregs ont pris le contrôle du nord du Mali. Depuis l'indépendance du pays en 1960, les conflits se succèdent autour de cette région.

Le 17 janvier, les rebelles touaregs du Mali ont lancé une offensive contre le pouvoir central de Bamako. Ils réclament l'indépendance du nord du pays (l'Azawad). Deux mois plus tard, le 22 mars, des militaires ont fait un coup d’État : ils reprochent au président Amadou Toumani Touré son incapacité à endiguer la crise qui sévit dans le nord du pays.

André Bourgeot, chercheur au CNRS, spécialiste du Mali, analyse la situation.

  • Un problème de frontières

"Au moment de l’indépendance du Mali, en 1960, deux découpages s’affrontaient : le tracé des frontières tel qu’on le connaît aujourd’hui, et l'idée contenue dans le plan de l'Organisation Commune des Régions Sahariennes (OCRS). Cette option consistait à séparer le Maghreb des régions subsahariennes afin de contrôler les ressources pétrolières et gazières de ce qui est devenu le Sahara algérien.

Une partie des Touaregs du nord du Mali étaient alors partisans de cette solution, car ils ne souhaitaient pas être sous le joug des Bambaras, l’ethnie majoritaire dans le sud du pays. Mais les chefs d’États du Mali et de l’Algérie de l’époque n'ont pas accepté ce plan de partition".

carte mali Mali : pourquoi les rebelles touaregs veulent ils lindépendance du nord ?

  • Une succession de révoltes depuis cinquante ans

"Depuis l’indépendance, les rebelles touaregs se sont opposés à plusieurs reprises au pouvoir central. Ils lui reprochent d'être marginalisés économiquement et politiquement du reste du pays.

La première révolte, en 1963-1964, a été sévèrement réprimée, ce qui a renforcé la marginalisation politique du territoire. La deuxième a commencé en 1990-1991. Les rebelles, avec à leur tête Mano Dayak, se battaient pour sortir de leur isolement et pour que de l’argent soit injecté pour développer la région. Elle s’est terminée en 1995 par la signature d’un pacte national entre les représentants des rebelles touaregs et l’Etat, conférant un certain nombre d’avantages aux habitants du nord.

Il y a eu une nouvelle révolte en 2006-2007 car les rebelles estimaient que le pouvoir central n’avait pas respecté les engagements du pacte de 1995. Le contexte était celui de l’essor de trafics de drogues, de trafics d’armes et de l’implantation du mouvement islamiste Al-Qaida au au Maghreb islamique (Aqmi). Enfin, la dernière révolte a eu lieu début janvier."

  • L’intervention en Libye, élément déclencheur

"La révolte de janvier 2012 est une conséquence directe de l’intervention militaire de l’OTAN en Libye. Lorsque le rapport de force n’a plus été à leur avantage en Libye, plusieurs centaines de rebelles touaregs maliens sont rentrés au Mali sur-armés (missiles sol-sol et sol-air...)."

  • L’Azawad : une construction politique

"Le nord du Mali est un enchevêtrement de populations. Les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) prétendent représenter toutes les ethnies du nord, mais des milices de Songhaïs et de Peuls ont tenté de s'opposer à leur combat, et 200 000 personnes ont déjà fui la région. L’Azawad est avant tout une construction politique : il n’y a jamais eu de royaume ou d'empire de l’Azawad."

Partager cet article

Comment a été fabriqué cet article ?

Ils ont contribué à la rédaction de la réponse

Les ressources

Ils ont amélioré la réponse