Sarkozy réécrit son histoire sur Facebook

capture d'écran de la page Facebook nicolassarkozy.fr
capture d'écran de la page Facebook nicolassarkozy.fr
Ça y est, le chef de l’État a enfin son "profil" sur Facebook. Sauf qu'il n'est pas possible de devenir son ami et qu'il manque des éléments importants de sa biographie...

Déjà présent sur le réseau Facebook à travers une fanpage, suivie par 523 000 personnes, Nicolas Sarkozy apparaît depuis ce vendredi 10 février sur une seconde page du réseau social à l'adresse facebook.com/nicolassarkozy.fr.

Il s'agit d'un profil semblable à celui de n'importe quel utilisateur de Facebook... sauf qu'il n'est pas possible de devenir ami avec le Président ! Un comble pour un candidat en campagne.

À la différence de sa fanpage, sur ce nouveau profil, on ne peut davantage dialoguer avec lui, puisque la fonction commentaire est désactivée. On ne peut que s'abonner à la page afin d'être informé, en temps réel, de toutes les mises à jour.

En seulement une journée, plus de 5 000 personnes se sont abonnées à ce nouveau profil.

1. L'agence de communication web Emakina et l'UMP ont conçu cette nouvelle page

Ce nouveau profil Facebook a été entièrement conçu par "Emakina" l'agence de communication web de l'UMP. "L'UMP est l'éditeur de la page, explique son président, Manuel Diaz. Comme nous sommes l'agence de communication de l'UMP depuis un an, nous avons travaillé conjointement".

Cette nouvelle page présente de nombreux avantages, selon lui : "La fonctionnalité 'timeline' est vraiment très intéressante pour valoriser l'image d'un homme au service de la France depuis trente ans. On peut retrouver de très vieilles images oubliées, voire pas connues du grand public".

2. La biographie de l'homme parfait

Ce profil, comme celui de tout membre de Facebook utilisant la nouvelle fonction "journal" ("timeline", en anglais) se présente sous la forme d'une autobiographie : à la première personne, le chef de l’État raconte les principaux événements de sa vie politique (et parfois privée), à travers des photos ou des vidéos.

Il est possible de remonter jusqu'à sa naissance, le 18 janvier 1955, puis de passer directement à l'année 1973, où Nicolas Sarkozy a obtenu son baccalauréat B au lycée Chaptal de Paris.

bac Sarkozy réécrit son histoire sur Facebook
"journal" de Nicolas Sarkozy sur Facebook

Les premières photos apparaissent à l'année 1975, où l'on voit le jeune Nicolas Sarkozy, cheveux mi-longs et ondulés, prononcer son premier discours au congrès de Nice de l'UDR (parti gaulliste).

 

premierdiscourspol 231x300 Sarkozy réécrit son histoire sur Facebook

 

Sur une autre photo, l'étudiant Nicolas manifeste pour réclamer la reprise des cours dans les facultés de Nanterre et de Dauphine.

manif etudiant 300x174 Sarkozy réécrit son histoire sur Facebook
Facebook nicolassarkozy.fr

La plupart des images retracent son parcours politique, mais certaines font état de sa vie privée. Par exemple, celle-ci prise le 15 mars 1994, au parc des Princes, en compagnie de ses fils Pierre et Jean.

sarkojeunepapa 300x188 Sarkozy réécrit son histoire sur Facebook
Facebook nicolassarkozy.fr

 

La naissance de sa fille Giulia, en octobre 2011, est également évoquée:

giulia Sarkozy réécrit son histoire sur Facebook
journal Facebook de Nicolas Sarkozy

Objectif : montrer que Nicolas Sarkozy est non seulement un chef d'État exemplaire mais aussi un grand sportif, un bon père de famille. Bref, le gendre idéal...

Ici, il se déplace en Haïti pour consoler un bébé victime du tremblement de terre, dans les bras d'un infirmier.

bb haiti 300x186 Sarkozy réécrit son histoire sur Facebook
page Facebook nicolassarkozy.fr

Là, il se rend auprès de nos soldats en Afghanistan.

afghanistanavionprie 300x145 Sarkozy réécrit son histoire sur Facebook
page Facebook nicolassarkozy.fr

 

3. Des oublis qui ne sont pas anodins

Pourtant, il manque quelques éléments importants dans cette autobiographie liftée de Nicolas Sarkozy.

Son engagement aux côtés d'Édouard Balladur lors de la campagne présidentielle de 1995 est oublié. Il est vrai qu'aujourd'hui, l'ancien Premier ministre est soupçonné d'avoir financé sa campagne grâce aux rétrocommissions des ventes d'armes aux Pakistan : c'est l'affaire Karachi.

La visite du dictateur libyen déchu Mouammar Kadhafi le 7 décembre 2007 à Paris n'est pas davantage évoqué. Aucune photo non plus des visites du président syrien contesté Bachar al-Assad à Paris en 2009 et en 2010. Aucun cliché de la visite du despote ivoirien Laurent Gbagbo à Paris en 2004...

Plus curieux, il n'y a pas la moindre allusion au mariage de Nicolas Sarkozy avec Carla Bruni le 2 février 2008. Pourtant, la première dame apparaît sur plusieurs photos.

Enfin, Cécilia Attias, son ex-épouse, est totalement absente de ce journal biographique en ligne. Mais là, on s'en étonnera moins...

Partager cet article

Comment a été fabriqué cet article ?

Ils ont contribué à la rédaction de la réponse

Les ressources

Ils ont amélioré la réponse