Young and poor : c’est quoi, cette agence qui veut noter les candidats ?

Young & Poor se présente comme "une agence de notation des propositions de politique jeunesse des candidats à l’élection présidentielle 2012".
Young & Poor se présente comme "une agence de notation des propositions de politique jeunesse des candidats à l’élection présidentielle 2012".
Tout se note par les temps qui courent. Les pays, les entreprises et, depuis le 1er mars, les candidats à l'élection présidentielle. Les résultats sont gratinés...

Depuis la crise de la dette et les pertes médiatisées du désormais fameux AAA, on connaît un peu mieux les noms de Fitch Ratings, Moody’s ou Standard & Poor’s, les principales agences de notation financière.

Le 1er mars, une agence d’un nouveau type a officialisé sa création : Young and Poor, soit jeune et pauvre. Elle se définit comme "une agence de notation des propositions de politique jeunesse des candidats à l’élection présidentielle 2012".

1. Qui est derrière ?

Cette vraie-fausse agence a été lancée à l’initiative du collectif Génération Précaire, qui s’est déjà fait connaître par des actions médiatiques visant à dénoncer la situation fragile des jeunes sur le marché du travail, et notamment les stagiaires.

On pouvait s’attendre à un simple coup de com’, mais la composition du comité de notation tend à crédibiliser la démarche. On y retrouve par exemple Louis Chauvel (sociologue), Gilles Babinet (président du Conseil National du Numérique), Iwann Le Du (responsable développement RH du Groupe Printemps) ou Gontran Lejeune (chef d’entreprise et ancien président du Centre des Jeunes Dirigeants).

2. Comment ça marche ?

L’agence Young and Poor souhaite "analyser et évaluer tout ce qui, dans le fond, aura un impact sur le revenu et l’activité des jeunes (16-34 ans), de l’orientation à l’insertion professionnelle, à travers 10 thématiques", parmi lesquelles "les étudiants, les décrocheurs, les jeunes délinquants" ou encore "les stages, l’orientation, l’emploi".

L’agence examine le diagnostic, les propositions et les moyens formulés par chaque candidat avant d’attribuer une note pour chaque thématique, puis une note moyenne. Les notes vont de AAA à E (AAA, AA, A, BB, B, C, D, E). Il est précisé que "les propositions les plus pertinentes et efficaces au profit d’un emploi durable et d’une insertion humaniste obtiendront les meilleures notes." C’est ce comité de notation qui a la responsabilité finale de la note.

3. Qui a les meilleures notes ?

Concernant la note générale, aucun candidat n’obtient mieux que C, soit d’une certaine manière 3/8 : aucun n’obtient la moyenne.

Les 5 candidats notés C sont Hollande, Lepage, Joly, Mélenchon et Le Pen.

De leur côté, Sarkozy et Bayrou reçoivent un D et les candidats de l’extrême gauche un E.

Par thématique, on découvre ainsi que les mieux notés par Young and Poor sont :

  • Joly pour "les étudiants"  (A),
  • Hollande pour "les décrocheurs" (B),
  • Le Pen pour "l’alternance" (B),
  • Lepage pour "l’aide aux chômeurs" (B) et "le volontariat – service civique"  (C),
  • Bayrou pour "l’orientation",
  • Mélenchon pour "les stages" (BB) et "la délinquance – réinsertion" (B).

Selon Sylvestre Coulon, de Génération Précaire, "ces notes pourront évoluer au fur et à mesure des propositions et précisions des candidats. L’agence pourra même émettre des perspectives de dégradation." De nouvelles notations seront publiées dans trois et six semaines, et enfin entre les deux tours.

Toutes les notes sont consultables sur www.youngandpoor.org

Partager cet article

Comment a été fabriqué cet article ?

Ils ont contribué à la rédaction de la réponse

Les ressources

Ils ont amélioré la réponse