Pourquoi Marine Le Pen veut-elle la défaite de Nicolas Sarkozy ?

Marine Le Pen parie sur la défaite de Nicolas Sarkozy pour se développer © Reuters
Marine Le Pen parie sur la défaite de Nicolas Sarkozy pour se développer © Reuters
Avec 18,76% des suffrages, Marine Le Pen pourrait sauver Nicolas Sarkozy au deuxième tour. Mais, pour poursuivre sa marche en avant, elle a besoin qu'il soit battu.

Sur le papier, l'équation est simple : il suffirait que toutes les voix de Marine Le Pen (18,76 %) se reporte sur Nicolas Sarkozy (26,98 %) pour que le président sortant franchisse de justesse la barre des 50 % au second tour. Il peut en effet compter sur les voix de Nicolas Dupont-Aignan et sur un bon tiers des voix de François Bayrou.

Mais voilà, pourquoi Marine Le Pen se condamnerait-elle à jouer les supplétifs de l'UMP alors que la formation présidentielle est devenue, ce soir, le principal obstacle à son développement ?

Il ne faut pas s'y tromper : Marine Le Pen n'est pas dans une stratégie d'alliances, de témoignage ou de protestation. C'est bien le pouvoir qu'elle vise.

Elle a 43 ans. Dans dix ans, elle aura - à un an près - l'âge qu'avait Nicolas Sarkozy lorsqu'il a été élu en 2007.

Dix ans pour devenir le pivot de la droite française - "Nous sommes la seule véritable opposition à la gauche" a-t-elle martelé hier soir. Et pour mener à bien ce projet, Marine Le Pen a besoin de l'implosion de l'UMP et donc de la défaite de Nicolas Sarkozy.

Car, en dehors de l'UMP, le Front national a déjà tout aspiré, atteignant ainsi le score historique de 18,76 %.

Les élections législatives de juin donneront à Marine Le Pen l'occasion de rôder cette nouvelle stratégie de dépeçage de l'UMP.

Le FN va en effet lancer le "Rassemblement bleu marine", une coalition électorale rassemblant les frontistes, des souverainistes et tous ceux qui voudront s'y adjoindre.

La quarantaine de députés regroupés au sein de la "droite populaire", ce courant de l'UMP qui milite pour une alliance avec le FN, ne devrait pas rester insensible à cet appel. Surtout si leur siège est menacé…

 

Partager cet article

Comment a été fabriqué cet article ?

Ils ont contribué à la rédaction de la réponse

Les ressources

Ils ont amélioré la réponse