Débat : qui a dit vrai sur l’économie ?

Mercredi soir, les deux candidats se sont livrés à une bataille de chiffres. © Quoi.info
Mercredi soir, les deux candidats se sont livrés à une bataille de chiffres. © Quoi.info
Dette, déficit, croissance, récession, chômage : la bataille des chiffres a fait rage mercredi soir.

1. La France est-elle le seul pays à n’avoir connu aucun trimestre de récession depuis 2009 ?

Sur la situation économique de la France par rapport à celle des autres pays développés, les deux candidats ont eu l’échange suivant :

Nicolas Sarkozy : "Quel est le pays, le pays, il y en a un, qui n'a pas connu un trimestre de récession depuis 2009 ? C'est la France.
François Hollande : Vous avez connu la récession...
Nicolas Sarkozy : C'est la France, c'est la France. (…) Y a-t-il un pays au monde qui a fait mieux ? Y a-t-il un pays d'Europe et de l'OCDE qui a fait mieux en termes de croissance que la France depuis 2009 ? Il n'y en a pas.
François Hollande : Si, les États-Unis ont fait mieux que la France en termes de croissance. (..) L'Allemagne a fait mieux que nous en termes de croissance.
Nicolas Sarkozy : Non, l'Allemagne a connu une récession.
François Hollande : L'Allemagne a fait 3% de croissance sur l'ensemble de la période. L'Allemagne a fait mieux, les États-Unis ont fait mieux. Et, donc, vous ne pouvez pas dire que la France s'en soit tirée mieux que les autres. Ce n'est pas vrai."

Tout d’abord, en France, les autorités définissent la récession comme une période de recul du Produit Intérieur Brut (PIB) pendant au moins deux trimestres consécutifs. Parler d’un trimestre de récession, comme le fait Nicolas Sarkozy, n’est donc pas tout à fait approprié.

Selon les chiffres de l’OCDE, la France était en récession pour l’année 2009, avec une croissance de -2,7%. Ensuite, elle a connu une croissance positive pour tous les trimestres en 2010 et en 2011, comme le dit Nicolas Sarkozy, mais elle n’est pas la seule des pays développés : la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie, la Suisse, les États-Unis sont dans le même cas. Nicolas Sarkozy se trompe donc sur ce point.

Sur l'Allemagne, les deux candidats ont partiellement raison : le PIB allemand a reculé au dernier trimestre de 2011, comme le dit Sarkozy (mais il ne s'agit pas d'une récession au sens français de deux trimestres consécutifs...), mais la croissance allemande sur l'ensemble des années 2010 (+ 3,7) et 2011 (+3%) a été plus rapide que celle de la France comme le dit Hollande.

Sur l’ensemble de l’argumentation, c’est plutôt Hollande qui a raison.

2. 422 000 chômeurs supplémentaires ou 1 million ?

François Hollande : "Le chômage a augmenté, si on prend l'ensemble des personnes inscrites, d'un million, c'est-à-dire 4 millions de personnes sont inscrites, même si elles n'ont pas chacune aucune activité. Si on prend les personnes qui n'ont aucune activité, il y a 3 millions de chômeurs dans notre pays, c'est une augmentation de 700 000. C'est beaucoup, c'est énorme, c'est un record."
Nicolas Sarkozy :
"Vous me permettrez de revenir sur les chiffres que vous avez donnés, monsieur Hollande, ils sont faux, et je vous en donne la preuve (...) Le chômage a augmenté de 422 000, ce qui est trop, entre 2007 et 2011, chiffre BIT, c'est-à-dire une augmentation de 18,7%".

Difficile de comparer les chiffres donnés par chacun des candidats, car ils se réfèrent à des modes de calcul différents.

Nicolas Sarkozy donne les chiffres du Bureau International du Travail, qui comptabilise les personnes qui "n’ont pas travaillé, ne serait-ce qu’une heure, au cours de la semaine de référence".

François Hollande se fonde sur une définition plus large, en incluant les personnes des catégories A, B et C du Pôle Emploi. Les catégories B et C correspondent à des demandeurs d’emploi au chômage partiel, qui ont travaillé au cours du mois écoulé mais pas à temps plein.  

En s’appuyant sur les chiffres de Pôle Emploi, repris par la DARES (direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques) il a raison de dire qu’entre mai 2007 et janvier 2012, le nombre de chômeurs n’ayant aucune activité (catégorie A) a augmenté de 700 000 personnes et celui des trois catégories d’un million, passant de 3,2 à 4,3 millions de personnes.

Nicolas Sarkozy l’accuse de donner des chiffres qui sont faux alors que ce n’est pas le cas : les chiffres de François Hollande sont des chiffres officiels. Les chiffres donnés par le président sortant sont exacts, quand on prend le chômage au sens du BIT, mais il a tort d’accuser son adversaire de donner des chiffres faux alors que les deux modes de calculs sont sérieux et reconnus.

3. La dette a-t-elle augmenté de 500 ou 600 milliards ?

François Hollande : "La dette a augmenté de 600 milliards d'euros depuis le début du quinquennat, de 900 milliards depuis 2002. Elle a doublé depuis dix ans. Voilà la responsabilité d'une équipe sortante depuis dix ans."
Nicolas Sarkozy
: "Le déficit depuis 2007 n'a pas augmenté de 600 milliards, mais de 500 milliards. Le déficit depuis 2007 a augmenté non pas de 600 milliards, mais de 500 milliards, première erreur."  Plus tard, il ajoute : "C'est une erreur monsieur Hollande et une erreur de 100 milliards, ça pose question."

Au-delà de l’erreur de Nicolas Sarkozy, qui utilise le mot "déficit" à la place de "dette", qui a raison sur le chiffre de l’augmentation de la dette ?

Au début du quinquennat, mi-2007, la dette publique s’élevait à 1223,3 milliards d'euros, selon l’Insee. Fin 2011, elle avait grimpé à 1 717 milliards. Soit une augmentation de 493,7 milliards (sans doute un peu plus si l'on prenait en compte les chiffres du premier trimestre 2012).

C’est donc Nicolas Sarkozy qui a raison sur ce point.

4. La France n’a-t-elle vraiment jamais emprunté aussi peu cher ?

Selon Nicolas Sarkozy, "la France n'a jamais emprunté aussi peu cher qu'elle emprunte aujourd'hui. Nous empruntons à moins de 3 %. Ma gestion ne doit pas être si désastreuse que ça parce que le même jour, dans les mêmes conditions, l'Espagne emprunte au double."

Le taux d’emprunt à 10 ans de la France est bien d'environ 3%, ce qui effectivement près de deux fois moins que l’Espagne, qui emprunte actuellement à 5,8%.

Bien que le taux dont bénéficie la France soit effectivement relativement bas (2,83% en mars selon France Trésor), il est inexact de dire que le pays n’a jamais bénéficié de taux aussi bas : en août et septembre 2010, ce taux était de 2,7%. Un an plus tard, en septembre 2011, il s’élevait à 2,62%. Le taux avait ensuite grimpé jusqu’à 3,42% en novembre, avant de redescendre progressivement jusqu'à son niveau actuel.

Nicolas Sarkozy a donc tort.

5. François Hollande a-t-il déclaré au Parisien qu’on était riche à 4000 € ?

Nicolas Sarkozy a interpellé François Hollande sur le seuil de la richesse : "Vous avez défini une personne riche comme une personne gagnant 4 000 euros."

En janvier 2007, François Hollande propose un projet de taxation des riches. Invité à préciser ce qu’il entend par "riche", il évoque un revenu de 4 000 euros. Le lendemain, François Hollande déclare dans une interview au Parisien : "Les impôts augmenteront pour les contribuables qui sont dans les deux plus hautes tranches de l’impôt sur le revenu. Et rien que pour ceux là. Il ne s’agit que d’une remise en cause des baisses d’impôts sur les plus hauts revenus... Cela ne concerne que les contribuables qui ont un salaire de plus de 4 000 euros net, soit 5 000 euros bruts. Par exemple, cela s’applique pour un couple sans enfant qui aurait au moins 10 000 euros brut par mois."

Conclusion : François Hollande ne prononce pas le terme de "riches" dans le Parisien, mais il associe bien "les plus hauts revenus" au montant de 4 000 € par mois.

6. La France a-t-elle perdu 400 000 emplois industriels entre 2007 et 2012 ?

François Hollande a déclaré : "la France a perdu 400 000 emplois industriels entre 2007 et 2012".

C’est faux, ou en tout cas très imprécis. Selon l’Insee, la France est passée de 3,6391 millions d’emplois industriels au premier trimestre de 2007 à 3,2957 fin 20011. Soit une différence de 343 000 emplois.

Partager cet article

Comment a été fabriqué cet article ?

Ils ont contribué à la rédaction de la réponse

Les ressources

Ils ont amélioré la réponse