Cellules souches : bientôt plus besoin de se faire opérer ?

Docteur Maboul, opération à coeur ouvert. Photo FlickR CC license by shawnzrossi
Docteur Maboul, opération à coeur ouvert. Photo FlickR CC license by shawnzrossi
Des cellules souches prélevées dans le sang de malades cardiaques ont permis de soigner leur cœur.

Les opérations à cœur ouvert ou les transplantations cardiaques seront-elles bientôt obsolètes ? C'est la perspective que laisse entrevoir la découverte d'un groupe de médecins français.

Ces chercheurs de l'Institut de recherche en hématologie et transplantation (IRHT) de Mulhouse (Alsace) ont mis au point une méthode révolutionnaire pour réparer les cœurs endommagés.

Ils ont réussi à régénérer les tissus et les vaisseaux sanguins du cœur de patients ayant subi des infarctus du myocarde. Pour ce faire, - et c'est une première mondiale- ils ont réinjecté aux patients leurs propres cellules souches sanguines.

En à peine quelques mois, 6 des 7 patients suivis se sont remis de leur infarctus et ont pu retrouver une vie normale, voire très sportive.

1. Un greffon de cellules souches créé à partir du sang du malade

À partir d'un échantillon de 200ml de sang récolté en une prise de sang sur le malade, un greffon de cellules souches est créé en laboratoire, par multiplication cellulaire. Neuf jours plus tard, le greffon est prêt à être réinjecté dans la partie malade du cœur.

2. De sérieux avantages médicaux et financiers

Au début des expériences, une opération était nécessaire. Mais aujourd'hui, il suffit de faire une injection intra-cardiaque par cathéter. "Cela peut se faire en une journée, et sans opération, ce qui est bien moins dangereux et moins éprouvant pour le patient", souligne le professeur Philippe Hénon, qui a mené l'étude.

De plus, comme les cellules proviennent du patient lui-même, il n'y a pas de risque de rejet.

Pour les spécialistes, cette méthode pourrait être une vraie alternative aux transplantations cardiaques. Cette nouvelle thérapie pourrait redonner du souffle à 30 000 ou 35 000 cardiaques par an en France.

L'enjeu financier est tout aussi important : sans opération, la facture est allégée de 75%. Le coût serait de l'ordre de 12 000 à 15 000 euros, remboursé par la sécurité sociale.

3. Industrialisation de la technique

En dix ans, moins de dix patients ont pu bénéficier de ce traitement, mais depuis 2008, les chercheurs se sont tournés vers l'industrialisation de leur technique.

Avec deux associés, Philippe Hénon a créé la société CellProthera qui, depuis quatre ans, développe des automates capables de produire des greffons de cellules souches.

Il existe quatre prototypes, répartis entre Toulouse, Paris et l'université américaine de Toledo (Ohio). L'équipe du docteur Hénon se consacre pour l'instant au développement de cette nouvelle technologie, mais les essais cliniques devraient recommencer dès 2013.

Récemment, des cellules souches ont également été découvertes dans le cerveau des adultes, à Lund, en Suède, une piste pour le traitement des lésions cérébrales. Par ailleurs, en février 2012, des chercheurs américains ont aussi réussi à produire des ovules humains à partir de cellules souches. Finira-t-on, un jour, par régénérer tous nos organes ? Une perspective que ne doit pas ravir les chirurgiens...

Partager cet article

Comment a été fabriqué cet article ?

Ils ont contribué à la rédaction de la réponse

Les ressources

Ils ont amélioré la réponse