Un médicament contre l’éjaculation précoce arrive en France : ça marche ?

Image d'illustration ©Flickr via GuySie
Image d'illustration ©Flickr via GuySie

Déjà vendu dans plusieurs pays d’Europe, le premier médicament contre l’éjaculation précoce est attendu en France pour le début de l'année 2013. Le Priligy (c’est son nom), du laboratoire Janssen-Cilag, est présenté au congrès annuel d’urologie cette semaine à Paris.

  • Éjaculation précoce : de quoi parle-t-on ?

Selon les médecins, une éjaculation est dite précoce lorsqu'elle survient moins d’une minute après la première pénétration lors d'un rapport sexuel, ou avant même la pénétration.

Ses causes sont avant tout psychologiques. Il s’agit, dans la grande majorité des cas, d’une incapacité à gérer son excitation sexuelle, en raison d'un état d'anxiété.

Plusieurs études affirment qu'un tiers des hommes seraient des éjaculateurs rapides. Un chiffre remis en cause par de nombreux médecins, à l'image du professeur Marc Zerbib, chef du service d’urologie à l’hôpital Cochin, à Paris, interrogé par Quoi.info : "Chez l'adolescent et le jeune adulte, la proportion est assez importante, de l'ordre de 30%, mais le nombre d’hommes adultes qui éjaculent en permanence de manière précoce, est inférieur à 5%."

  • Un remède efficace ?

Le Priligy retarde l’éjaculation et permet de multiplier par trois la durée du rapport sexuel. Cela reste inférieur à la durée moyenne d'un rapport sexuel, comprise entre 7 et 15 minutes.

La substance active dans ce médicament, la dapoxetine, est déjà présente dans des antidépresseurs vendus en France (de la famille des "inhibiteurs de la recapture de la sérotonine"). En attendant un traitement plus adapté, certains sexologues et andrologues prescrivaient à leurs patients ces antidépresseurs comme remède contre l’éjaculation précoce. Une solution qui n’était pas sans inconvénients. En effet, pour être efficace contre l’éjaculation prématurée, ces antidépresseurs doivent être pris quotidiennement (ce qui est gênant lorsqu’on ne souffre pas de dépression), et ils peuvent développer un risque suicidaire chez certains patients.

"Ce médicament est efficace et il permet de rassurer le patient, mais ce n'est pas un traitement de fond car il ne s'attaque pas aux causes du problème. Pour lutter durablement contre l'éjaculation précoce, il doit être accompagné d'une sexothérapie", préconise le professeur Zerbib.

  • Comment ça marche ?

Le Priligy a une action quasi immédiate : l’homme doit prendre un comprimé une heure avant le rapport sexuel. Ce médicament coûtera cher : entre 10 € et 20 € le comprimé, non remboursé par la sécurité sociale, et sera vendu sous ordonnance. Il a des effets secondaires chez une minorité de patients (vertiges, diarrhées, insomnies ou de maux de tête).

Pourra-t-il être utilisé par des hommes qui ne souffrent pas d'éjaculation précoce, pour améliorer leurs performances ? "Tout est possible mais je n'y crois pas, indique le professeur Marc Zerbib. Ce médicament fait la différence chez les hommes qui éjaculent prématurément, mais il n'entraîne pas de différence notable chez les autres."

Partager cet article

Comment a été fabriqué cet article ?

Ils ont contribué à la rédaction de la réponse

Les ressources

Ils ont amélioré la réponse