Questions bêtes

Comment devient-on franc-maçon?

Initiation d'un apprenti franc-maçon vers 1800. Image: wikimedia commons
Initiation d'un apprenti franc-maçon vers 1800. Image: wikimedia commons
Chaque année, 3 500 personnes rejoignent les différentes loges maçoniques de France. Comment y sont-elle parvenues ?

Depuis 2010, ils sont plus de 160 000 en France. Chaque année 3 500 “frères” et “soeurs” rejoignent les différentes loges maçoniques existant dans le pays. De plus en plus de personnes sont donc attirées par les mystères de la franc-maçonnerie. Qui peut postuler et comment devient-on franc-maçon ? Quoi.info fait le tour de la question.

1. Choisir une obédience et une loge

Certaines sont mixtes, d’autres réservées aux hommes ou aux femmes... Avant de postuler chez les franc-maçons, il faut choisir une obédience (un courant). En France on en compte une trentaine, qui vont se différencier sur de nombreux points, notamment les valeurs et les rites ou encore une recherche spirituelle intérieure ou une volonté de réfléchir à la société dans son ensemble.

Initialement, la franc-maçonnerie impliquait une croyance en “un Dieu créateur et en l’immortalité de l’âme”. Postulat qui reste encore à la base de nombreuses obédiences, surtout à l'étranger. Certaines, en revanche, membres de la branche libérale, comme le Grand Orient de France ou la Grande Loge de France, ont abandonné ces obligations. Un athée ne pourra donc rejoindre qu’un courant de ce type.

Une fois l’obédience trouvée, reste à choisir la loge, c’est-à-dire le groupe local auquel on souhaite appartenir (qui regroupe plusieurs dizaines de personnes). Généralement, les critères sont géographiques : on choisira une loge près de chez soi. Avant de se décider complètement, il est possible d’assister à des “tenues blanches ouvertes”, c’est-à-dire des réunions ou débats publics.

2. Postuler

Que ce soit par parrainage ou par candidature “spontanée”, avant d’être accepté dans la loge convoitée, il faut passer par un processus de recrutement. Pour certaines obédiences, il est possible de postuler... en ligne. Quoiqu’il en soit, le processus d’admission sera le même pour tous.

Si vous connaissez un franc-maçon, il est préférable de s’adresser à lui, d’évoquer votre voeu de postuler. Il deviendra ainsi, s’il le souhaite, votre parrain, et pourra vous accompagner dans le processus. Le parrainage n’est pas obligatoire. Suivant les loges il est plus ou moins recommandé. Dans le cas de candidature “spontanée”, un parrain est designé, qui accompagnera le postulant durant l’ensemble de la candidature. De nos jours, le ratio cooptation / candidature spontanée est relativement équilibré, selon Denise Oberlin, Grande maîtresse de la Grande loge féminine de France :

"Aujourd'hui, il y a tout type de candidatures. Certaines viennent suite à des colloques, des émissions de radio ou encore des conférences. Nous recevons beaucoup de candidatures spontanées et il est compliqué de les distinguer de la cooptation". 

Pour pouvoir postuler, il faut être majeur et fournir CV et lettre de motivation détaillés, ainsi qu’un extrait de casier judiciaire, qui doit être vierge. Suivant les loges et obédiences, le processus peut être un petit peu différent. En général, le candidat est reçu par la loge, afin d’exposer ses motivations, comme le précise Denise Oberlin:

"Il faut que la personne soit consciente qu'il ne s'agit pas d'une association qui se retrouve autour d'une tasse de thé. Il faut avoir la volonté de contribuer à la réflexion, de se poser des questions sur son propre perfectionnement, de réfléchir à améliorer l'humanité. La démarche doit être sincère, et la personne ne doit pas avoir d'idées xénophobes, racistes ou extrémistes". 

3. Être accepté...

Si la procédure se poursuit, avant d’être accepté, trois frères qui ne se connaissent pas vont mener une enquête sur le candidat. Rencontres, échanges : l’objectif est toujours de mieux connaître la personne et surtout de comprendre ses motivations et s’assurer de sa sincérité. Certaines loges demanderont des documents supplémentaires, d’autres un travail à fournir.

Si la candidature est retenue, les frères et/ou soeurs vont voter, afin de savoir s’ils sont prêts à accueillir ce nouveau membre. De nouvelles informations peuvent être demandées. Parfois, une quasi-unanimité des votes est nécessaire. Denise Oberlin, dont l'obédience a accepté 900 soeurs en 2011, raconte :

"Il n'y a pas beaucoup de rejets. Cela arrive si on détecte quelque-chose chez la personne que nous n'avions pas vu, ou alors si la personne n'avait pas pris conscience de ce qu'est la maçonnerie : un ordre initiatique, avec une école de vie". 

L’épreuve suivante est celle dite “du bandeau” : interrogé les yeux masqués par les membres de la loge, le candidat devra répondre sincèrement à des questions. Une fois reconduit chez lui, les frères vont voter une nouvelle fois. Pendant l’ensemble du processus, il sera soumis à différentes épreuves, variables suivant les loges.

Une fois accepté, le futur franc-maçon reçoit une initiation aux secrets et aux rites de sa loge. L’ensemble de la procédure peut parfois durer un an.

Le délai fait partie des “épreuves”, comme l'explique la loge de l’Eau-Vive du Grand Orient de France, à Marne-la-Vallée :

“La Loge prend à la fois le temps de réfléchir sur toute candidature et de laisser au candidat la possibilité de se rétracter à tout moment. Il ne s'agit pas d'une simple adhésion automatique : les loges du Grand Orient de France, et particulièrement l'Eau Vive, sont très attentives à la qualité des candidats, notamment en ce qui concerne leur honnêteté.”

En cas de refus, il est possible de postuler, par la suite, dans une autre loge.

Partager cet article

Comment a été fabriqué cet article ?

Ils ont contribué à la rédaction de la réponse

Les ressources

Ils ont amélioré la réponse