Football : les plus grandes victoires des « petits » en Coupe de France

En battant Rennes, l'équipe de Quevilly s'est qualifiée pour la finale de la Coupe de France, qui se jouera le 28 avril. © REUTERS
En battant Rennes, l'équipe de Quevilly s'est qualifiée pour la finale de la Coupe de France, qui se jouera le 28 avril. © REUTERS
La petite équipe de Quevilly a affronté samedi soir l'Olympique Lyonnais en finale de la Coupe de France. Un parcours incroyable qui en rappelle d'autres.

Quevilly, club normand, 14e de National (3e division), a affronté samedi 28 avril l'Olympique Lyonnais en finale de la Coupe de France de football. Le "petit" a été battu 1 à 0 par le "grand" mais a quand même réussi à lui faire quelques frayeurs.

La Coupe de France oppose l’ensemble des clubs affiliés à la Fédération française de football, Dom-Tom compris, tous niveaux confondus.

Débutée en 1917, l’histoire de la Coupe est riche de petites équipes qui ont su déjouer tous les pronostics pour terrasser des formations bien plus huppées. Rappel des faits les plus glorieux.

1. David algérois contre Goliath rémois (1957)

La "Bataille d’Alger" fait rage quand les amateurs d’El-Biar, un petit club amateur de la banlieue algéroise, se déplacent à Toulouse pour affronter en 16e de finale la grande équipe du Stade de Reims, alors vice-championne d’Europe.

Le petit tire trois fois et marque deux buts quand le gros se casse les dents à une vingtaine de reprise sur le gardien algérois. Pieds-noirs et Algériens feront la fête ensemble toute la nuit, reléguant à plus tard la question coloniale.

2. Les amateurs nîmois en Coupe d’Europe (1996)

Composée d’anciennes gloires et de jeunes espoirs, l’équipe de Nîmes oublie qu’elle joue en troisième division pour éliminer trois clubs de L1 et se qualifier pour la grande finale face à Auxerre.

Les Nîmois mènent 1-0 à la mi-temps avant de s’incliner dans les dernières minutes du match. Une défaite qui les propulse pourtant en Coupe d’Europe, une grande première pour des amateurs français.


Auxerre-Nimes - 1996 finale cdf par minisilva

3. L’épopée de Calais (2000)

Les amateurs de Calais passionnent les foules grâce à une série d’exploits invraisemblables qui les emmènent jusqu’au Stade de France pour une finale suivie en direct par près de 13 millions de téléspectateurs !

Evoluant en 4e division, les Calaisiens éliminent deux clubs de L1 dont Bordeaux, champion de France en titre, et vont jusqu’à mener 1-0 à la mi-temps en finale contre Nantes. Ils ne seront vaincus que dans les arrêts de jeu sur un pénalty litigieux.

4. Marseille croqué par Carquefou (2008)

Quatre divisions d’écart ! Jamais le grand Marseille n’avait été sorti par une équipe évoluant aussi bas dans la hiérarchie nationale. Déjà vainqueurs de Nancy (2-1) au tour précédent, les joueurs de Carquefou, une petite ville de la banlieue nantaise, maîtrisent le supposé ogre marseillais dans des proportions rarement constatées à ce niveau et filent en quart de finale où ils ne seront battus que d’un petit but par le PSG.

5. Les trois coups de Chambéry (2011)

Dans la vie, ils sont électriciens, jardiniers ou manutentionnaires. Sur le terrain, les amateurs de Chambéry deviennent la première équipe de cinquième division à éliminer successivement trois clubs de L1 !

Monaco, Brest et Sochaux tombent tour à tour face au "Petit Poucet" de la compétition, le surnom donné à la moins bien classée des équipes encore en lice. Les Savoyards s’inclineront en quarts contre Angers, un club de 2e division…

La belle histoire racontée par France 3 Alpes.

Partager cet article

Comment a été fabriqué cet article ?

Ils ont contribué à la rédaction de la réponse

Les ressources

Ils ont amélioré la réponse